Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 20:05

Voici le texte composé cette année à l'occasion de cette fête de la langue française et de la francophonie. 

 

Orphelin

 

Oublié !

Définitivement mis au rebut.

Ah ! J'en ai pourtant vécu des aventures à grands coups de crayon de mon dessinateur et de phylactères chargés des mots de mon auteure.

Vaillant héros, crée sur un coin de table au restaurant dans la solitude d'un repas d'amoureux éconduit.

Né d'une furtive arabesque alors qu'il l'attendait, j'ai pris une forme primitive sous ses gribouillis agacés.

Il a déjeuné seul et lorsqu'il est parti, il m'a laissé. Puis, brusquement revenu sur ses pas, il a rageusement découpé la nappe, l'a pliée en quatre et coincée dans son carnet.

Quelques jours plus tard, le feuillet s'en échappait, distraitement il le ramassait et le déposait sur sa table à dessin.

Ce soir-là, elle vint. Ils discutèrent longtemps, firent l'amour sauvagement.

Au petit matin, elle fureta sur la table à dessin, déplia le morceau de nappe et me découvrit. Elle mit des mots dans ma bouche, il affina le tracé.

Je devins justicier aux prises avec la société féodale.

Le premier album fut un succès, un deuxième suivit rapidement.

Ils travaillèrent jour et nuit, portés par l'amour.

Une fièvre créatrice les habitait. Partout dans l'appartement fleurissaient des notes couvertes de sa belle écriture cursive. Rassemblées, elle composaient une nouvelle aventure. Alors, il dessinait sans relâche.

A l'intérieur des bulles, parfois, mes paroles étaient rébus ou logogrammes, mettant à l'épreuve le lecteur.

J'aimais ces instants de création où je caracolais de vignette en vignette, accomplissant des exploits, toujours vainqueur des situations dangereuses.

L'atmosphère se tendait à la dernière relecture, juste avant le bon à tirer, ils scrutaient attentivement chaque millimètre de dessin et de texte, traquant la coquille ou la faute, le signe intrus ou superflu.

Mon effigie ne s'étalait plus seulement dans les librairies, mais elle s'animait sur le grand écran des cinémas.

Nous étions au sommet de la gloire lorsqu'elle décida de nous abandonner, éblouie par les feux de la rampe.

Ma dernière aventure fut bien insipide, privée de la verve de son auteure.

Me voici maintenant prisonnier de mes albums que plus personne ne lit.

Partager cet article
Repost0

commentaires