Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 14:21

 
numérisation0005Dans un petit bourg auvergnat, on fête la nouvelle année, quatre amis sont rassemblés  pour un réveillon plutôt insolite qui les conduira à une découverte macabre.

Clarisse et Armand s'improvisent détectives et font ressurgir une vieille légende qui subitement semble intéresser beaucoup de monde. Les hypothèses se succèdent, les langues vont bon train, une mystérieuse confrérie retient leur attention et les oblige à pousser leurs investigations bien au-delà de la légalité.

Edition Jeanne d'Arc www.ija.fr


numérisation0004
Clarisse
est bibliothécaire à Manadieu.
Non, ce n'est pas moi ! Alors ?
Tout simplement j'ai eu envie de parler de mon métier, souvent méconnu du public, même de celui qui fréquente assidûment bibliothèques et médiathèques... 

numérisation0006



Et Armand ? Il existe seulement lorsque vous lisez ses aventures aux côtés de Clarisse.

Quant à Mandieu et à la Confrérie : imagination.
La légende de Saint-Georges est réelle, mais je m'en suis, disons un peu "arrangée". Je vous engage à aller rencontrer mes collègues bibliothécaires pour en connaître les différentes versions.
  
numérisation0007         
               
                          Quelques souvenirs de promenades
                         pendant l'écriture de cette histoire
                                       voir album.


numérisation0001-copie-1                                                         
numérisation0002-copie-1             Chopin et Miss

      en réalité Titou et Caramelle 

 

 

 

 

Clarisse et Armand approchaient de la maison de Bellanger. Sans se concerter, ils en avaient pris la direction.

La neige craquait sous leur pas.

Une fois la grande place de la Libération dépassée, le chemin n'était pas très éclairé. Ils le connaissaient bien, ils s'y étaient promenés tellement souvent à pied ou à vélo.

Manadéens de souche et de coeur, tous les deux enfants uniques et nés le même jour, ils avaient grandi en frère et soeur, toujours l'un chez l'autre. Leurs mères aussi étaient très proches et se voyaient souvent. Ils avaient fréquenté les mêmes établissements scolaires et s'étaient retrouvés à Clermont-Ferrand pour poursuivre leurs études, dans des branches différentes certes, mais dans la même ville...

 

... Arrivé devant la porte de Bellanger, Armand longea le mur, il fit courir ses doigts sur les pierres et trouva celle qui n'était pas scellée. Il la tira, plongea la main dans la petite cavité : la clef était toujours là...

... Il ouvrit la porte.

La maison était plongé dans l'obscurité la plus totale, Armand en conclut que tous les volets étaient clos, aussi n'hésita-t-il pas à faire jouer l'interrupteur.

Clarisse referma la porte.

La disposition des pièces ne semblait pas changée, seule la décoration du lieu était différente.

Clarisse fit le tour du salon. Un volumineux canapé de cuir brun, encadré par deux fauteuils assortis, faisaient face à la cheminée. Elle remarqua sur la table basse, en bois massif, un plateau d'argent ciselé sur  lequel étaient posés une bouteille de vin entamée, non rebouchée et deux verres.

Précautionneusement de sa main gantée, elle en saisit un et l'examina à la lumière. Il avait été mal essuyé avec un torchon qui peluchait. Des gouttes d'eau, en séchant, avaient laissé des traces sur le pied. Armand observa le verre lui aussi.

- Curieux, on dirait que la vaisselle a été faite à la hâte.

- Oui et probablement pas par Bellanger, ce n'est pas le genre à laisser des peluches sur ses verres.

- Tu as raison, dit Armand en s'approchant d'une vitrine, où scintillait une collection de verres tous semblables à ceux laissés sur la table.

Clarisse s'avança près de la cheminée. Elle admirait les dessins symétriques de l'épais tapis persan, étalé devant l'âtre, lorsque son oeil perçut une légère irrégularité. Elle n'y prêta pas grande attention, les fils de laine de ces tapis étaient généralement noués à la main et donc pas toujours... Elle examina tout de même d'un peu plus près.

Armand la voyant se pencher la rejoignit. Il quitta, à regret, la vitrine dans laquelle était rangée une multitude de poignards orientaux.

- Tu as trouvé quelque chose ?

- Regarde, là, fit-elle......

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascale Blazy
commenter cet article

commentaires

christine chancel 17/08/2010 11:16


je vous attends dans mon émission littéraire "d'une plume à l'autre" à très bientôt
plumitivement et radiophoniquement
christine chancel


Présentation

Recherche

Pages

Liens