Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 10:25
          J'ai découvert ce concours d'écriture de nouvelles sur internet par hasard. Contraintes : respecter le thème proposé - 1000 mots. Il ne restait pas beaucoup de temps avant la date limite d'envoi, je me suis mise au travail et sans trop y croire : j'ai envoyé.

          Surprise !  Mon texte était retenu et publié, une lecture était organisée au Théâtre d'Antibes.

                     Pendant quatre ans, j'ai envoyé une proposition de nouvelle et à chaque fois : retenue et publiée.

                                        Plutôt encourageant.

1000 mots, c'est un excellent exercice, il faut trouver le mot juste et ne pas se disperser, l'histoire doit être construite de façon très précise.


numérisation0018  Lecture au théâtre d'Antibes 


      par une troupe de

           
        comédiens professionnels.


     www.acla06.com





numérisation0006   2005 - La nuit "vin"

Praline ouvrit l'oeil, elle fit claquer sa langue, sa bouche était pâteuse. A travers ses cheveux défaits, la lumière des becs de gaz lui rappela qu'elle était dans la rue. Elle serra son châle autour de ses épaules maigres. Elle tenta de se mettre debout, mais ses jambes se dérobèrent, elle retomba lourdement sur le pavé. Une bouteille roula un peu plus loin. Elle allongea le bras, s'en saisit et vérifia le contenu en la portant à hauteur de ses yeux. Il en restait un fond. Elle fit sauter le bouchon et colla le goulot à ses lèvres. D'un geste sec et précis, elle bascula le flacon et but d'un seul trait le vin. Quand elle eut fini, elle lança la bouteille en contre-bas de la ruelle en pente. Les éclats de verre scintillèrent à la lueur des réverbères et s'éparpillèrent sur la chaussée.
Son rire jaillit dans sa gorge.
La nuit était douce...

numérisation00072006 - D'un seul regard, d'une seule main

... Madame Mère sortit de la glacière une salade de macaronis, du poulet froid et un bocal de cornichons. Le fromage et les cerises viendraient ensuite . Comme d'habitude, elle avait tout décidé. Le menu était affiché dans la cuisine une semaine à l'avance, elle le copiait elle-même de son écriture pointue à l'encre bleue sur papier bleu. Il en allait de même des rares sorties, du programme télé et des émissions de radio.
Madame Mère garnit les trois assiettes et tendit la première à Camélia qui remercia. Elle en profita pour planter son regard glacé dans les yeux doux de la belle comme si elle avait voulu la sonder jusqu'au tréfonds de l'âme.
Camélia lui sourit gentiment. Elle s'était jurée de venir à bout de cette femme obstinée... 

numérisation0008  2007 - Soleil trop chaud

... Ils s'étaient réfugiés dans ce petit café pour échapper au soleil trop chaud de ce début d'après-midi. Ils burent leur thé, sans sucre, en silence s'épiant du coin de l'oeil.
Ce jeune homme était sans doute un étudiant, comme ceux qu'il payait contre un moment de plaisir pris à la sauvette à l'arrière de sa voiture sur un parking désert. Il avait chassé les femmes et les sentiments de sa vie, un peu trop déçu par toutes celles qui n'en voulaient qu'à sa fortune.
Cet homme d'affaires était sûrement très important, il suffisait de voir la qualité de ses vêtements, et il s'y connaissait, ils étaient nombreux à graviter autour de sa mère. Son air sévère semblait cacher une grande sensibilité et le rendait attirant...

numérisation00102008 - Son sourire sur ma peau

... Edmond avait été blessé : un éclat d'obus lui avait emporté la moitié du visage. Le médecin avait fait ce qu'il avait pu et lui avait tiré la bouche, la figeant dans un perpétuel rictus, d'où son surnom de "Sourire". Jo avait été affecté par l'infirmité de son ami.
A notre mariage, Edmond était le témoin de Jo. Eternel célibataire, on lui prêtait une vie amoureuse tumultueuse, il n'en était rien. Edmond semblait avoir perdu tout intérêt pour la gent féminine depuis son accident. Il s'abrutissait de tavail. Quand Jo avait commencé à être malade, Edmond avait repris les commandes de l'entreprise, rendant fidèlement des comptes. Puis l'état de Jo avait empiré, les gaz respirés dans les tanchées avaient eu raison de lui. Je me retrouvais seule à la tête de la filature et je laissais Edmond s'en occuper...


2009 - Semaine de la langue française : dix mots pour demain du 16 au 23 mars.

Association Tant qu'il y aura des livres - Clermont-Ferrand

10 textes retenus mis en ligne - Lecture le 21 mars au Café Les Augustes à Clermont-Ferrand

Jardin maritime (extait)
... L'horizon s'obscurcit encore. Le ciel de plomb l'emprisonne, l'oppresse, le tient à sa merci. La mer de plus en plus agitée l'asperge violemment. L'eau ruisselle sur le pont, le fait glisser, chuter. Il se relève courageusement à chaque assaut. Il se demande combien de temps il va tenir encore sur ce rafiot. Il pense un instant à réveiller le vieux capitaine qui dort dans sa cabine, puis il se ravise, il affrontera seul sa première tempête. Il attend, à tout instant, que l'orage éclate, que le feu du ciel se déchaîne et que la foudre mette à mal le grand mât.
Une lame surgie du plus profond de l'océan, enjambe le bastingage et le plaque sur le plancher.
Un peu sonné, complètement trempé, anéanti par la force marine, il s'accroche des deux mains à un cordage....

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascale Blazy
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Liens